Pourquoi ce film ?

Le 22 décembre 2016, la France interdisait les violences éducatives et rejoignait alors 51 pays à avoir voté l’abolition des châtiments corporels.

l’article 371-1 du code civil signifiait désormais que l’exercice de l’autorité parentale exclut « tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles. » Un pas de géant contre les violences faites aux enfants en France.

Pourtant, pas même une semaine plus tard, le 27 décembre, 60 sénateurs saisissaient le Conseil Constitutionnel pour faire annuler cette loi.

Le 26 janvier 2017, le texte de loi a été officiellement censuré par le Conseil Constitutionnel.

Les enfants sont la seule catégorie de personnes que l’on peut taper légalement, aujourd’hui en France.

Taper un adulte, c’est une agression.

Taper un animal, c’est de la cruauté.

Taper un enfant, c’est … de l’éducation ?

Une génération. C’est ce qu’il aura fallu pour éradiquer complètement et définitivement cette pratique des esprits suédois. Car ne pas l’avoir vécu, c’est ne même pas comprendre le processus qui conduit à cette violence.

Voilà comment une loi a permis de changer les mentalités, d’anéantir une pratique, jusqu’à ce qu’un peuple tout entier oublie même que celle-ci a existé.

Et si la France abolissait aussi définitivement la violence éducative ordinaire ? Et si élever ses enfants sans les humilier, sans les taper, était non seulement possible, mais surtout un enjeu majeur pour l’humanité ?